2012  |L’initiative ISIBINDI pour avoir fourni une protection de remplacement de qualité aux enfants en Afrique du Sud

L’African Child Policy Forum a remis le Prix Larissa 2012 à ISIBINDI en reconnaissance de son travail exceptionnel dans le domaine de la protection de remplacement en Afrique. Cette année, le Prix Larissa était dédié aux « enfants nécessitant une protection de remplacement en Afrique ». Mme Najat Maalla M’jid, Rapporteuse spéciale des Nations unies sur la vente d’enfants, la prostitution infantile et la pornographie impliquant des enfants, a remis le Prix au gagnant en présence des Ministres chargées des questions de l’enfant d’Ethiopie, du Burkina Faso, du Gabon, du Malawi et de l’Ouganda, ainsi que des délégations officielles de la République démocratique du Congo, du Mozambique et du Nigéria. Dans son discours de remerciements, Mme Zeni Thumbadoo, la fondatrice de l’Initiative Isibindi, a fait une brève description d’Isibindi – une solution de protection et de soins centrée sur la communauté, en faveur des enfants en Afrique du Sud. Le modèle Isibindi a remporté un grand succès et est actuellement en cours d’expansion grâce à une initiative publique de l’Afrique du Sud. Le projet a été reproduit dans 67 sites, dans toutes les provinces de l’Afrique du Sud, bénéficiant ainsi à plus de 100 000 enfants. L’initiative Isibindi a été choisie par le jury pour son engagement unique impliquant des acteurs multiples dans le but de fournir une protection complète aux enfants orphelins et vulnérables. De plus, les liens nombreux avec des structures étatiques garantissent une grande stabilité et une durabilité au service fourni. Pour plus d’infos, rendez-vous sur www.naccw.org.za/isibindi

 

 Profil du lauréat Photos de la cérémonie

 

 2010 | Katalemwa Cheshire Home pour son travail exceptionnel en faveur des enfants handicapés en Ouganda

L’African Child Policy Forum a remis le Prix Larissa 2010 à Katalemwa Cheshire Home en reconnaissance de son travail exceptionnel en faveur des enfants handicaps en Afrique. Le thème de cette année était « Protéger, prendre soin et subvenir aux besoin des enfants handicapés en Afrique ». Le Prix a été remis à l’organisation pour ses interventions globales, qui sont remarquablement innovantes, pour les succès rencontrés dans l’implication des parents et d’autres acteurs, et enfin pour avoir réalisé ce travail grâce à des experts du pays qui se tiennent toujours informés de la programmation sur le handicap, qui évolue très rapidement, grâce à des formations et au renforcement des capacités. Son programme se concentre sur les aspects médicaux et de réhabilitation sociale en prenant en compte la dimension VIH/SIDA, la dimension genre, les équipements d’assistance, la promotion de programmes d’éducation inclusive de qualité et de sources de revenus afin que ces enfants handicapés puissent devenir indépendants. Chaque année, l’organisation soutient directement 50 000 enfants handicapés ainsi que leur famille. Mme Agnès Kaboré a remis le Prix à Katalemwa Cheshire Home, qui l’a accepté, un événement auquel ont assisté les membres du Conseil d’administration international d’ACPF, des représentants de gouvernements, des députés et d’autres organisations internationales de droits de l’enfant. 

Profil du lauréat | Photos de la cérémonie

 

2007 | Kembatta Women's Self-Help Center (KMG) pour son travail exceptionnel dans la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des enfants et des femmes en Ethiopie


L’African Child Policy Forum a remis le Prix Larissa 2007 à Kembatta Women's Self-help Centre (Kembatti Menti Gezima – KMG) et à sa fondatrice, le Dr. Bogalech Gebre, en reconnaissance de leur action exceptionnelle dans la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des enfants et des femmes.
Le thème de cette année était « Eliminer toute forme de violence contre les enfants en Afrique ». Le Dr. Assefa a commencé son discours en rappelant à l’assemblée la raison d’être du Prix Larissa et en remerciant le Professeur Dharam Ghai, qui parraine le Prix Larissa. Un documentaire sur KMG a été projeté lors de la cérémonie, montrant l’impact de KMG sur la vie des habitants de Kembatta.
Le Dr. Salim A. Salim a complimenté KMG pour son travail en faveur de l’émancipation des femmes et de l’enseignement des communautés pour mettre fin aux pratiques coutumières néfastes et aux autres formes d’abus. Le Dr. Salim a remis le Prix au Dr. Bogalech Gebre, qui l’a accepté au nom de KMG. Le Dr. Bogalech a parlé, dans son discours, de la lutte à mener contre la violence « autorisée » au sein de la maison. Elle a déclaré que les violences à l’égard des femmes sont acceptées par les communautés car les femmes sont perçues comme des êtres humains de deuxième ordre.
Ont aussi assisté à l’événement les membres du Conseil d’administration international d’ACPF, des représentants de gouvernements, des députés et d’autres organisations internationales de droits de l’enfant.

Profil du lauréat

 

2005 | L’Espoir d’Adjouffou pour subvenir aux besoins médicaux, infirmiers, de conseil, de bien-être et nutritionnels des habitants d’Adjouffou

En 1998, Mme Lotti Latrous et le Dr. Germain Gnode ont visité Adjouffou, une banlieue d’Abidjan en Côté d’Ivoire, Afrique de l’Ouest. Ils partageaient les mêmes préoccupations pour la population, dont une grande partie souffrait de maladies pour lesquelles ils ne pouvaient obtenir de traitement abordable. C’est alors qu’ils ont pris la décision de créer L’Espoir d’Adjouffou, avec pour objectif de subvenir aux besoins des habitants du quartier, dans les domaines médical, infirmier, de conseil, de bien-être et nutritionnel.

Dans ce centre, les gens ont accès à un traitement médical pour une somme modique. Le Centre a vu une augmentation exponentielle du nombre de ses patients pour le traitement des maladies liées au VIH.

Afin de pouvoir fournir un toit, des soins, une assistance, du respect et de l’amour aux patients qui sont en phase terminale (principalement malades du SIDA), et qui ont souvent été rejetés par leur famille et leur communauté, un hospice (le Centre L’Espoir d’Eux) a été créé en 2002. Ce Centre accueille près de 30 enfants.

L’organisation souhaite apporter des soins aux enfants orphelins, dont la plupart sont séropositifs. Ces enfants doivent être accueillis dans un orphelinat sur le site du Centre L’Espoir d’Eux, ou bien placés de façon appropriée. Le programme a pour but de donner à ces enfants la possibilité de mener une vie décente et autonome, grâce aux soins de santé, à l’éducation, à l’accompagnement et à la formation.

Profil du lauréat